mardi 13 novembre 2018  |
Recherche
dans
| Actualités | Guide Produits | Portfolios architectes | Archibat la revue  
   
 
Newsletter
Opinions/débats
Diaporamas
Concours
Réglementation
Dossier du mois
Annuaires
Diaporamas
 
Parcours Architectural
Notre dame
Résultat architectural de deux contraintes physiques, la contrainte horizontale imposée par l’étroitesse du terrain et la contrainte verticale définie...
 
Agenda
Du 14 au 23 Décembre 2018
Le Salon de la Décoration et du Design, dardéco 2018
Lieu : Parc des Expositions et Centre de Commerce International de Tunis
Voir tous les salons
 
Accueil | Actualités | Grands Projets | La Cité de la culture : entretien avec l'architecte Riadh Bahri
La Cité de la culture : entretien avec l'architecte Riadh Bahri
© Hamadi Rgayeg
 
Un nouvel édifice est en train de prendre ses marques le long de l'avenue Mohamed V, parmi les nombreux sièges de banques et de compagnies d'assurances. Il s'agit d'un nouveau complexe culturel d'envergure, le troisième dans le monde arabe après l'Opéra du Caire et celui de Damas. Baptisé de « cité de la culture », le projet a fait l'objet d'un concours d'architecture.
Ce projet a été conçu en 1999 par le groupement d'architectes composé par Riadh Bahri, Mohamed Salah Zlaoui et Foued El Euch.
 
Quel sens donner à un bâtiment qui se veut le reflet de la culture en Tunisie ? Quelle architecture serait porteuse d'une image capable de symboliser la culture tunisienne ? Quelle image de la culture serait significative pour les usagers ? Voici un ensemble de questions susceptibles de synthétiser l'enjeu architectural de ce projet.

Le lieu choisi pour cet édifice possède en lu i-même une grande charge symbolique. Cerné par l'avenue Mohamed V d'un côté et le boulevard du Maghreb arabe de l'autre, le terrain affecté au projet se situe dans une zone charnière entre le tracé colonial de la ville et les berges du lac de Tunis. Il s'agit d'un îlot de forme rectangulaire, d'une surface de 9 hectares.
 
 
L'architecte Riadh Bahri nous explique, au cours d'un entretien, les choix et orientations qui ont été pris pour la conception du projet.







Archibat : Autour de quels objectifs se développe le parti architectural ?
Le terrain sur lequel s'érige la cité de la culture était auparavant occupé par un ensemble de bâtiments qui ont été démolis et desquels a survécu la trace d'un ancien passage marqué de part et d'autre par un e enfilade de palmiers.

L'idée première a été de garder ce passage et de le traiter sous forme de rue intérieure qui traverse le projet et le divise en deux ilots. Le premier ilot abrite la partie, ouverte au public. Il rassemble l'ensemble des locaux dédiés au commerce et liés à la culture : espaces multimédia tels que Fnac, Virgin…espaces susceptibles d'attirer les plus jeunes qui peuvent s'intéresser aux événements culturels qui ont lieu dans le projet. Il s'agit d'une composante essentielle dont le rôle est de renouveler le public et miser sur d'autres générations. L'autre ilot comporte la partie payante qui comprend des salles de cinéma, un opéra de 1800 places, un théâtre…

Archibat : Comment s'est posée la question du rapport à l'urbain ?
L'entrée de la cité de la culture est précédée d'un grand parvis. Ce parvis est ouvert sur l'avenue Mohamed V pour constituer un espace public, lieu de rencontre, de convivialité et de détente. Le parvis a été traité en béton estampé pour permettre notamment aux jeunes de pratiquer du skate-board. La façade qui donne sur l'avenue Mohamed V, constituée de pleins et de vides matérialise la transparence entre l'intérieur et l'extérieur du projet et son ouverture sur son environnement. Quand à la façade arrière qui donne sur l'autoroute, elle constitue la limite d'un volume opaque abritant les boxes de répétition et constituant un écran contre les nuisances sonores.

Archibat : Quelle expression architecturale a été donnée à ce projet ?
Ce projet devait être marqué du sceau de l'art et de la culture arabe et constituer un espace de dialogue et de communication entre les cultures arabes et les autres cultures du monde. L'architecture du bâtiment utilise un vocabulaire orientalisant : colonnes hafsides, arcs en plein cintre et moucharabiehs sont autant de clins d'œil à l' architecture de notre pays. La façade principale imposante et majestueuse, suggère les limites d'une vraie « cité ». La porte, symbolisant l'entrée de la « cité » joue également sur cette dimension monumentale, alors que le patio et la rue interne suggèrent la décontraction et la convivialité des ambiances culturelles. Quant à la tour, appelée « la tour de la culture », c'est à la fois un élément de signalétique et un observatoire qui permet du haut de ses 60 m d'avoir une vue panoramique surplombant le Grand Tunis.

Archibat : Cet acidulé façadier ne risque t-il pas de créer une architecture hors du temps, hors de toute réalité, qui nie la légitimité du présent à inventer son style ?
Je pense que la contemporanéité doit se manifester essentiellement à travers le choix des matériaux de construction et des techniques contemporaines. L'emploi du béton GCR coloré pour l'exécution des colonnes et des claustras formant un des sin d'inspiration traditionnelle, ainsi que l'utilisation du spider glass pour les murs rideaux découlent de cette orientation. La réalisation de certaines parties du bâtiment fait appel à des techniques d'avant-garde assez sophistiquées et utilisées pour la première fois en Tunisie. Ainsi, l'Opéra dispose d'une scène et de gradins amovibles. L'inclinaison des gradins est calculée par un logiciel spécial. Quand à l'emplacement des diverses catégories du public on s'est appuyé pour cela sur les normes internationales : le dernier spectateur ne doit pas être installé à plus que 35 m de la scène. Enfin, cet édifice répond par ses solutions technologiques aux exigences universelles de fonctionnalité et de sécurité.

Inès Dimassi
Photographe : Hamadi Rgayeg
 
 
DANS LA MEME RUBRIQUE
Port Financier de Raoued
Accords signés, avis mitigés
Tunisia Economic City, le méga projet de 50 milliards de dollars et 200.000 emplois
Lancement du mégaprojet Tunisia Economic City
 
 
mailto:abonnement@archibat.tn
Dossier du mois
Revêtements de sol d’intérieur
Le sol annonce la couleur et constitue un élément esthétique majeur dans nos intérieurs ! Chaque re ...
Archibat la revue
Présentation
Vente & Abonnement
Revue de presse
 
Partenaires
Accueil | Flux RSS | Publicité | Référencez-vous sur Archibat | Newsletter | Contactez-nous | Plan du site
© 2008 Architecture, Bâtiment, Communication | création site web Positif Tunisie - Tous droits réservés